top of page

Et si on parlait Burn out parental ?

Il y a de ces sujets qui ne sont pas simple à aborder.

Aujourd'hui je ne vous parle pas de généralités, mais de mon expérience personnelle. Ce que je vie encore actuellement.


Il y a quelques mois, j'ai eu le bonheur de mettre au monde un deuxième petit loulou. Nous avons le réflexe de dire "bonheur" parce que nous aimons nos enfants plus que toutes choses sur cette terre, la réalité est tout autre . Pour moi l'arrivée de ce petit être que j'aime par dessus tout n'a pas dutout été un bonheur, mais la descente aux enfers ...


Après avoir cru que je pouvais être Wonder Woman à tout faire toute seule, gérer l'entreprise, les enfants, la maison etc ... J'ai senti cette sensation que j'en avais trop demandé à mon corps et mon esprit .. Et surtout que la situation me dépassait ...

Au début on a honte, honte de ne pas réussir à tout faire comme il se "doit" , honte de ne pas comprendre pourquoi les autres mamans affichent ce sourire et gèrent quand nous on se demande si nous devons vraiment nous lever le matin. Quand les idées deviennent noires et que notre énergie d'envole avec notre envie.

Il arrive un moment où nous n'avons plus le choix d'en parler ..

L'esprit explose (les hormones avec ...) , on perd ce contrôle tant recherché ....


C'est exactement ce qu'il m'est arrivé cette année en décembre . J'ai accouché fin octobre. Et j'ai souhaité gérer l'entreprise, un salon du mariage, mon bébé, me remettre de ma césarienne, ma maison etc ...

J'ai passé toutes ces étapes, et début décembre j'ai senti ce "trop". Je pleurais constamment, je n'avais plus le plaisir à travailler, ni à m'occuper de mes enfants , ni à rien d'ailleurs. Je me suis éteinte petit à petit , comme quelqu'un qui se noie et qui continue à se débattre malgré tout ...


Alors j'ai appelé à l'aide ... J'ai eu la chance d'être entourée merveilleusement bien , et petit à petit je reprends le cap, le contrôle.

J'ai vite appris qu'on ne peut pas être partout, mais qu'il faut surtout savoir être là pour soi, car si nous n'allons pas bien rien n'ira .

Gestion différente de l'entreprise, de la maison, des enfants... Reprise du sport, moments pour soi , et surtout communication avec mon mari... Voilà ce que j'ai du mettre en place.


Le plus dur ce n'est pas de s'en sortir ... C'est d'accepter que nous avons un problème.

J'ai fait le choix de parler à cœur ouvert, alors que je ne peux pas encore dire que je suis "guérie" , parce que trop souvent autour de moi j'entends ces mamans entrepreneures ou non d'ailleurs , avoir honte de ne pas aller bien, nier le mal être ou encore culpabiliser.


Et si nous arrêtions d'avoir honte et qu'on acceptait de montrer nos faiblesses ?



Je n'ai pas honte de ce burn out parental , même si je l'ai vécu comme un échec, c'est surtout une de mes plus grande leçon de vie.

C'est pour cela que j'avais fait le mum'boss, pour échanger sur nos expériences, pour partager et comprendre qu'on est pas toute seule, que ce juger soi-même ou les autres n'est pas constructif car nous ne savons pas ce qui peut nous arriver demain, et surtout parce que quand nous allons mal un peu de bienveillance de la part des autres mamans c'est super réconfortant !


Beaucoup d'émotions en écrivant ce post, mais je ne regrette pas , car si actuellement une maman lit et se dit "mince moi aussi je dois en parler c'est pas normal " alors ça valait le coup .

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page